profaner

profaner

profaner [ prɔfane ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1538; prophaner 1328; lat. profanare
1Traiter sans respect, avec mépris (une chose sacrée, un objet, un lieu du culte), en violant le caractère sacré. Profaner un temple, un autel. « Jérusalem pleura de se voir profanée » (Racine).
2Fig. Faire un usage indigne, mauvais de (qqch.), en violant le respect qui est dû. avilir, 1. dégrader, souiller, violer. Profaner une institution. Profaner un grand sentiment. Profaner un nom. « Il est cependant des paroles qui ne devraient servir qu'une fois; on les profane en les répétant » (Chateaubriand).
⊗ CONTR. Consacrer, respecter.

profaner verbe transitif (de profane) Souiller un lieu, un objet sacrés par une présence indigne ou par un acte criminel : Profaner une sépulture. Faire un mauvais usage de quelque chose de précieux par une attitude indigne : Il profane son talent en publiant cela.profaner (synonymes) verbe transitif (de profane) Souiller un lieu, un objet sacrés par une présence indigne...
Synonymes :
Contraires :
Faire un mauvais usage de quelque chose de précieux par une...
Synonymes :
- dépraver
- discréditer
- flétrir
Contraires :
- vénérer

profaner
v. tr.
d1./d Violer le caractère sacré de. Profaner un autel.
d2./d Fig. Faire un mauvais usage de (qqch de respectable, de précieux). Profaner la beauté.

⇒PROFANER, verbe trans.
A. —Porter atteinte à une chose, ou plus rarement à une personne revêtue d'un caractère sacré, par un acte d'irrévérence ou un acte impie. Synon. violer, polluer (vieilli); anton. consacrer. Profaner une église, un temple, un sanctuaire; profaner un autel; profaner des reliques; profaner les objets du culte; profaner une tombe. On craint, dès qu'on ne le prononce pas à genoux et en l'adorant, de profaner, rien qu'à le répéter, ce nom ineffable [celui de Jésus-Christ], et pour qui le plus profond même des respects pourrait encore être un blasphème (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.3, 1848, p.380). Il venait du même coup de violer le coutumier de Bretagne qui interdisait à tout baron de lever des troupes sans le consentement du Duc, et de commettre un double sacrilège, en profanant une chapelle et en s'emparant de Jean Le Ferron qui était un clerc tonsuré d'Église (HUYSMANS, Là-bas, t.2, 1891, p.100):
1. ... la mosquée occupe, du point de vue religieux, une place intermédiaire entre le temple protestant, simple lieu de réunion, et l'église catholique qui est la demeure de Dieu. L'Islâm ne connaît aucun rite de consécration pour une nouvelle mosquée, ou de réconciliation d'une mosquée profanée; mais cependant, celle-ci a un certain caractère sacré.
G.-H. BOUSQUET, Prat. rit. Islâm, 1949, p.120.
[Sans la notion d'irrévérence ou d'acte impie] Dépouiller quelque chose de son caractère sacré; le rendre à un usage profane. Synon. désacraliser. Pour pouvoir réparer les vases sacrés, il faut d'abord les profaner (Ac. 1835, 1878). C'était un usage habituel, je crois même religieux, chez les anciens, lorsqu'un édifice sacré était renversé par la guerre ou par le temps (...) de se servir des matériaux pour les constructions accessoires des monuments restaurés, afin de ne pas laisser profaner sans doute, à des usages vulgaires, les pierres qu'avait touchées l'ombre des dieux (LAMART., Voy. Orient, t.2, 1835, p.167).
B.Au fig. Dégrader, avilir quelque chose, ou plus rarement quelqu'un en manquant au respect qui lui est dû, en le traitant de manière indigne. Profaner la nature; profaner un sentiment; profaner l'amour; profaner son idéal, son talent, son génie. Un dégoût immense et une humiliation infinie la tenaient immobile sous le regard désormais triomphant du misérable dont le langage l'épouvantait en la profanant (BLOY, Femme pauvre, 1897, p.28). Rien de tout cela ne nous rendra hésitants un seul jour sur ce qui nous restera à faire dans ce vieux pays souillé, profané et peut-être à demi détruit (MAURIAC, Journal, 1943, p.353):
2. Les personnes qui ont appris une langue étrangère, qu'elles n'ont jamais entendue parler que dans les livres (...) aiment mieux exprimer dans cette langue que dans la leur certains sentiments nobles et doux. C'est que les mots de cette langue étrangère sont intacts pour eux, qu'ils n'ont jamais perdu leur fleur, qu'ils n'ont jamais été profanés par la canaille parlante ou écrivante.
STENDHAL, Hist. peint. Ital., t.2, 1817, p.373.
Empl. pronom. Ne croirons-nous pas plus à l'immatérialité et à l'éternité de notre amour quand il restera élevé à la hauteur d'une pensée pure, dans les régions inaccessibles au changement et à la mort, que s'il descendait à l'abjecte nature des sensations vulgaires en se dégradant et en se profanant dans d'indignes voluptés? (LAMART., Raphaël, 1849, p.181). Tout était chez elle vrai et profond; elle ne savait pas se profaner (RENAN, Ma Soeur, 1862, p.40).
Prononc. et Orth.:[], (il) profane [-fan]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1342 prophaner «violer la sainteté des choses sacrées» (Renart le Contrefait, éd. G. Raynaud et H. Lemaître, I, 258); 1538 (EST., s.v. profanus Profaner. Se servir en communs usages des choses consacrees). Empr. au lat. profanare «rendre à l'usage profane (une chose, une personne qui a été auparavant consacrée)» et «souiller». Fréq. abs. littér.:372. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 910, b) 363; XXes.: a) 501, b) 305.
DÉR. Profanatoire, adj. Qui profane, a le caractère d'une profanation. Irrévérences profanatoires (Lar. 19e-20e). Dans les bas-côtés, debout ou sur les chaises, un public de curieux, amené par la nouveauté du spectacle. Rien de profanatoire dans l'attitude des hommes (GONCOURT, Journal, 1871, p.792). Appliquer une telle démarche scientifique à l'étude de Bach, par exemple, ce n'est pas profanatoire, c'est appliquer, avec rigueur, tout l'homme (et pas seulement son intellect: son coeur, ses muscles pensants) à cet objet musical de grande envergure, afin d'y apercevoir, et une musique plus générale, et autre chose de plus général que la musique (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.166). []. 1re attest. 1834-35 (DECOURCHAMP, Souvenirs de la marq. de Créquy, t.IV, ch. 4 ds LITTRÉ); dér. sav. de profanare, v. profaner, suff. (at)oire.

profaner [pʀɔfane] v. tr.
ÉTYM. 1538; prophaner, 1328; lat. profanare, de profanum. → Profane.
1 Relig. Violer le caractère sacré de…; traiter sans respect, avec mépris (une chose sacrée). || Profaner un temple, un autel (cit. 3 et 5). || « J'ai profané la crosse et j'ai souillé l'anneau » (→ Pécher, cit. 3). || Jérusalem pleura de se voir profanée (→ Hurlement, cit. 3).
1 On vint régulièrement, et en toute cérémonie, profaner la chapelle, on enleva les hosties et les vases sacrés.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 13 mai 1850.
2 Fig. Faire un usage indigne, mauvais de (une chose de grande valeur). Avilir, dégrader, polluer, souiller, violer. || Profaner un grand sentiment (→ Ineffable, cit. 4); profaner son cœur (→ Griserie, cit. 5). || Profaner un nom (→ Âne, cit. 9). || Les richesses étaient intactes (cit. 2), rien n'avait été profané. || Profaner une institution. Dépraver.
2 (…) une personne comme vous serait la femme d'un simple paysan ! Non, non : c'est profaner tant de beautés (…)
Molière, Dom Juan, II, 2.
3 Et c'est assurément en profaner le nom (de l'amitié)
Que de vouloir le mettre à toute occasion.
Molière, le Misanthrope, I, 2.
4 Mais soyez sûre que l'amour ardent et pur dont j'ai brûlé pour vous ne s'éteindra de ma vie (…) et qu'on ne verra jamais profaner par d'autres feux l'autel où Julie fut adorée.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, I, III.
5 Il est cependant des paroles qui ne devraient servir qu'une fois; on les profane en les répétant.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. II, p. 285.
CONTR. Consacrer, respecter.
DÉR. Profanateur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • profaner — Profaner. v. a. Abuser des choses de la Religion, les traiter avec irreverence, avec mespris, les convertir en des usages profanes, Profaner les vases sacrez. profaner les Temples, les Eglises. il profane les choses les plus saintes. profaner la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • profaner — Profaner, Se servir en commun usage des choses consacrées, Profanum facere, Profanare. Profaner la maison de l Evesque, Religionem e domo pontificis tollere. Profaner les oreilles de son pere, dire en sa presence choses execrables, mechantes et… …   Thresor de la langue françoyse

  • Profaner — Pro*fan er, n. One who treats sacred things with irreverence, or defiles what is holy; one who uses profane language. Hooker. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • PROFANER — v. a. Abuser des choses de la religion, les traiter avec irrévérence, avec mépris, les employer à des usages profanes. Profaner les vases sacrés. Profaner les temples, les églises. Il profane les choses les plus saintes. Profaner la parole de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • profaner — (pro fa né) v. a. 1°   Traiter avec irrévérence les choses de la religion. •   Puisque, en tant que créatures, ils [les baptisés] doivent se tenir dans l ordre des créatures et ne pas profaner le lieu qu ils remplissent, et qu en tant que… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PROFANER — v. tr. Abuser des choses de la religion, les traiter avec irrévérence, avec mépris, les employer à des usages profanes. Profaner les vases sacrés. Profaner un temple, une église. Il profane les choses les plus saintes. Profaner la parole de Dieu …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • profaner — noun see profane I …   New Collegiate Dictionary

  • profaner — See profanatory. * * * …   Universalium

  • profaner — noun One who profanes. A person who desecrates or defiles …   Wiktionary

  • profaner — n. blasphemer, desecrater of the holy, defiler of the sacred …   English contemporary dictionary


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»